Le Chemobrain, c’est quoi ?

Avant le cancer, vous êtes d’accord, votre cerveau était comme il était, mais vous assumiez le quotidien, votre travail, vos enfants, petits-enfants, amis, et tout… vous faisiez cela sans y prendre garde, sans réfléchir, sans même vous en rendre compte ! OK, certains jours, contextuellement, vous pouviez être fatigué. Normal. Le cancer est passé par là… Son traîneau de chimiothérapies, d’hormonothérapies également.

Et un jour,

  • Vous n’arrivez plus à faire deux phrases sans chercher désespérément vos mots
  • Vous lisez un livre, un article, et devez revenir sans cesse trois lignes avant….
  • Vous raccrochez le téléphone, vous ne savez déjà plus l’horaire du train pour aller chercher Paul…
  • Vous entrez dans une pièce sans vous souvenir ce que vous êtes venu y faire…
  • Vous suivez une conversation et tout se brouille… vous vous accrochez désespérément… « heu… tu disais quoi ? »…
  • Faire deux choses à la fois, même très simples, est devenu mission impossible….
  • Organiser les vacances en famille, ou même à deux, devient une épreuve
  • Vous êtes devenu lent
  • Sortir entre amis, vous hésitez, voire vous refusez : ne pas se confronter à des difficultés au risque que les autres puissent s’en rendre compte, ne plus supporter les interactions de groupe…

Des proches vous ont dit « Oui, moi aussi, ça m’arrive… tu sais, la charge mentale… » ou « Non, tu es trop angoissé peut-être, faut te changer les idées… » Votre médecin peut aussi penser à « un trouble dépressif…  Allez, réjouissez-vous, vous êtes en rémission, allez de l’avant… ». Pas simple d’être seul face à quelque chose dont personne ne parle… Tabou, Honte… En plus des cheveux en moins, des longs mois de traitements qui mettent votre vie entre parenthèses, on se sent devenir idiot. Pour le coup, angoisse, déprime, vous vous êtes dit peut-être que vous ne seriez jamais capable de retourner au travail… de reprendre le cours de votre vie tout simplement ! Non, ce n’est pas la fatigue passagère que vous avez pu connaître auparavant. C’est tout le temps. Les gênes se cumulent, importantes. Vous y  pensez tout le temps, vous vous repliez sur vous-même…

Cela s’appelle le Chemobrain !

C’est un trouble établi qui peut être diagnostiqué : un bilan neuropsychologique précis peut objectiver ces troubles secondaires des traitements par chimiothérapie et hormonothérapie. Si votre médecin n’en parle pas, la littérature scientifique l’évoque depuis les années 90.